Dix conseils inhabituels pour cesser de fumer

Fatigué des mêmes vieux conseils pour cesser de fumer ? Comment allez-vous naviguer jusqu’à 72 heures nécessaires pour atteindre le pic de sevrage et résider à l’intérieur d’un corps sans nicotine ? Les conseils ci-dessous sur la dinde froide sont très différents des conseils donnés par ceux qui préconisent des mois d’utilisation de produits de remplacement de la nicotine sans valeur et inefficaces, de la nicotine qui nuit au succès et qui coûte des vies.

1.La loi de la dépendance

dépendance

« L’administration d’une drogue à un toxicomane entraînera le rétablissement de la dépendance chimique à la substance qui crée la dépendance. » C’est enraciné dans des études qui ont démontré que la déchéance équivaut à une rechute pour presque tous les fumeurs qui cessent de fumer.

La dépendance à la nicotine est une véritable dépendance à la drogue. Bien que la plupart d’entre eux renoncent à essayer de tricher lorsqu’ils ont l’impression de s’en tirer, nous ne pouvons pas tricher sur la conception des circuits du cerveau dont le rôle est de rendre les événements déclencheurs presque impossibles à oublier ou à ignorer à court terme. Et il ne faudrait pas longtemps avant que nous trouvions notre cerveau désirant, complotant pour obtenir, ou même mendiant pour en obtenir plus.

Traiter la véritable dépendance comme si une mauvaise petite habitude capable de manipulation, de modification ou de contrôle était une recette pour une rechute et une tombe précoce. Accepter pleinement qui nous sommes, de vrais drogués. Ça peut être le moment le plus libérateur de notre vie. Acceptez qu’il n’y en a pas qu’une seule, qu’il y en aura toujours trop, alors que des milliers n’en auront jamais assez.

2.Mesurer la victoire

Oubliez le fait de cesser de fumer « pour toujours ». C’est comme essayer de manger une vache entière (bœuf), une tâche apparemment impossible, c’est la plus grande morsure psychologique que l’on puisse imaginer. Pourquoi ne pas plutôt manger un bon steak juteux à la fois. Adoptez un critère de victoire réaliste et réalisable qui célèbre la liberté une heure, un défi et un jour à la fois. Si vous insistez pour ne voir le succès qu’en termes de renoncement au tabac pour toujours, alors quel jour allez-vous célébrer ? Qui vient à cette fête ?

3.Rétablissement émotionnel

relaxation

La dépendance chimique à la nicotine est l’une des relations les plus intenses, répétitives et fiables que vous n’ayez jamais connues. Elle a infecté presque tous les aspects de votre vie et de votre pensée. Soyez prêt à éprouver un sentiment normal de perte émotionnelle lorsque vous cessez de fumer, ce qui vous transporte à travers six phases très différentes : (1) le déni, (2) la colère, (3) la négociation, (4) la dépression, (5) l’acceptation et (6) la complaisance. Ce voyage émotionnel est normal et nécessaire au rétablissement.

4.Ne sautez pas de repas

Chaque bouffée de nicotine stimulante était votre cuillère qui libérait les graisses et les sucres stockés dans votre circulation sanguine par les voies de combat ou de fuite de votre corps. Il vous permettait de sauter des repas sans ressentir les symptômes de l’oscillation du taux de sucre dans le sang sauvage, comme l’incapacité de vous concentrer ou l’anxiété liée à la faim. Pourquoi ajouter des symptômes inutiles au sevrage ? Apprenez plutôt à répartir votre apport calorique quotidien plus uniformément sur toute la journée. Essayez de ne pas sauter le petit-déjeuner ou le déjeuner. Il ne s’agit pas de manger plus de nourriture, mais moins de nourriture plus fréquemment.

Buvez beaucoup de jus de fruits acides les trois premiers jours. La canneberge est excellente et une bouteille coûtera moins cher qu’un paquet de cigarettes. Il aidera à la fois à accélérer les 72 heures nécessaires pour éliminer la nicotine alcaloïde de votre circulation sanguine et à stabiliser la glycémie. Attention au-delà de trois jours car les jus peuvent être assez gras.

5.Évitez toutes les béquilles

Une béquille est toute forme d’abandon de la dépendance sur laquelle vous vous appuyez si fortement pour soutenir le rétablissement que si elle est rapidement retirée, le risque de rechute (personne, produit, service ou activité) serait élevé. Si vous ressentez le besoin de vous appuyer sur un ami qui cesse de fumer, assurez-vous qu’il s’agit d’un ex-fumeur de longue date ou d’un non-fumeur.

À l’exception de la prudence extrême avec l’alcool pendant le sevrage précoce, vous n’avez pas besoin d’abandonner toute activité lorsque vous cessez de fumer, sauf pour l’utilisation de nicotine. De même, le succès à long terme de l’abandon du tabac ne dépend pas non plus de votre participation à une nouvelle activité. Contrairement à la pensée junkie qu’un cycle sans fin de pulsions et de désirs vous a forcé à inventer, vous vous adapterez rapidement à tout ce que vous avez fait en tant que fumeur, et ce, aussi bien ou mieux qu’un ex-fumeur.

6.Techniques d’adaptation

Arreter de fumer

Vous avez conditionné votre esprit à vous attendre à l’arrivée de la nicotine lorsque vous rencontrez divers moments, lieux, activités, personnes, événements ou émotions. Vous devriez vous attendre à vivre un épisode d’anxiété court, mais peut-être puissant, qui peut durer jusqu’à trois minutes la première fois que vous rencontrez chaque déclencheur d’envie.

Ne craignez pas ou ne vous cachez pas de vos déclencheurs, mais affrontez et éteignez chacun d’entre eux. Vous constaterez que la plupart sont reconditionnés par une seule rencontre au cours de laquelle le subconscient ne reçoit pas le résultat attendu – la nicotine. Accueillez et embrassez chaque épisode car chacun reflète un beau moment de guérison subconsciente, et la récupération d’un autre aspect de la vie.

L’une des techniques d’adaptation est de pratiquer une respiration lente et profonde tout en vous débarrassant de tous les bavardages inutiles en vous concentrant sur votre personne, votre lieu ou votre objet préféré. Une autre est de dire votre ABC tout en associant chaque lettre à votre nourriture, personne ou lieu préféré. Par exemple, « A » est pour la tarte aux pommes chaude de grand-mère, et « B » est pour… » Il est peu probable que vous atteigniez un jour la lettre « Q ».

7.Distorsion du temps d’arrêt

Des études montrent que l’arrêt de la nicotine provoque une distorsion significative du temps. Bien qu’aucun épisode de besoin inconsciemment déclenché ne durera plus de trois minutes, pour un lâcheur, les minutes peuvent sembler des heures, surtout s’il panique. Gardez une horloge à portée de la main pour maintenir une perspective honnête.

8.Interaction caféine / nicotine

Arrêter de fumer

Étonnamment, la nicotine double la vitesse à laquelle le foie épuise la caféine. Oui, votre taux de caféine dans le sérum sanguin doublera si vous ne réduisez pas votre consommation de caféine lorsque vous cessez de fumer. Bien que ce ne soit pas un problème pour la plupart des consommateurs de caféine légers à modérés, songez à réduire la consommation de caféine d’environ la moitié s’ils sont troublés par l’anxiété ou ont de la difficulté à se détendre ou à dormir.

9. Le rêve de fumer

Préparez-vous à un rêve de fumer extrêmement vif, car les odeurs de tabac libérées par les poumons de guérison horizontaux sont balayées vers le haut des tubes bronchiques par des cils à guérison rapide et entrent en contact avec un sens de l’odorat considérablement accru. Voyez-le comme le merveilleux signe de guérison qu’il reflète et rien de plus.

10. Rechute

Rappelez-vous qu’il n’y a que deux bonnes raisons de prendre une bouffée une fois que vous avez cessé de fumer. Vous décidez que vous voulez revenir à votre ancien niveau de consommation jusqu’à ce que fumer vous paralyse et vous tue, ou vous décidez que vous aimez vraiment le sevrage et que vous voulez que cela dure pour toujours. Tant qu’aucune de ces options ne vous intéresse, la solution est aussi simple que… pas de nicotine juste un jour à la fois, pour respecter votre engagement initial de… Ne plus jamais prendre une autre bouffée !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *